Accueil > Dernières nouvelles

74 - UNE FORÊT RÉSILIENTE FACE AUX SCOLYTES
DES FACTEURS CLIMATIQUES AGGRAVANT LES ATTAQUES DE SCOLYTES
Au cours de deux sessions d’information, une vingtaine d’élus et de techniciens communaux de Haute-Savoie ont pu découvrir et comprendre le phénomène des scolytes (cf. article Mars 2019). Ils ont pu en particulier étudier les facteurs climatiques aggravants celui-ci. D’une part, l’augmentation des populations de scolytes est favorisée par l’augmentation de la température, observée sur des périodes plus longues de l’année. Cela accélère leur cycle de reproduction, qui se répète jusqu’à trois fois les années les plus chaudes, comme en 2018. D’autre part, les forêts sont de plus en plus affaiblies par les périodes de sécheresse répétées sur les dernières années. Les arbres voient ainsi leurs mécanismes de défense amoindris.
La combinaison de ces deux éléments résultent en un risque d’épidémie de scolytes plus élevé qu’autrefois.


DES PRATIQUES SYLVICOLES IMPACTANTES
Les pratiques sylvicoles mises en œuvre par les gestionnaires forestiers ont également un impact direct sur le risque « scolytes ». Les peuplements forestiers réguliers monospécifiques(1) d’Epicéa, sont plus fragiles que les peuplements forestiers irréguliers mélangés(2). D’une part, ils concentrent l’essence cible des scolytes. D’autre part, ils sont plus sensibles aux évènements climatiques extrêmes comme les tempêtes, qui provoquent de nombreux chablis. Cette sensibilité est accrue par les coupes rases, traitement sylvicole souvent utilisé dans ce type de peuplement. Dans les deux cas, les sites de reproduction favorables pour les scolytes sont décuplés. Par ailleurs, l’adaptation des essences à la station écologique est essentielle car elle conditionne les capacités de l’arbre à se défendre. Ainsi, les peuplements d’Epicéa à trop basse altitude sont plus fragilisés que ceux en station (entre 900 et 1500 mètres d’altitude). 


DES ESSAIS MENES PAR L’ONF
Suivant les principes sylvicoles édictés ci-dessus, l’Office National des Forêts cherche de nouvelles méthodes de régénération afin de recréer des peuplements forestiers irréguliers mélangés, résilients face aux scolytes et au changement climatique. Par exemple, en forêt communale de Cruseilles, des plantations d’Erables en îlots en alternance avec des plants uniques d’Epicéas ont été réalisées. En forêt communale de Juvigny, une forêt d’Epicéas scolytés est en cours de remplacement par une chênaie agrémentée de feuillus divers. 









Plant d'érable
 


REVENIR A LA PAGE PRECEDENTE